Et si on assumait enfin nos cheveux gris, comment faire une transition vers sa couleur naturelle

Et si on assumait enfin nos cheveux gris, comment faire une transition vers sa couleur naturelle

Couleur naturelle, à bas les dictats! 

La transition du coloré vers le naturel a connu un grand essor ces derniers temps. Le gris est désormais le nouveau brun, ou châtain, ou blond :). 

La prise de conscience de l’impact des produits chimiques sur notre santé a été un précurseur. Nous avons d’ailleurs assisté à l’essor des colorations végétales bien plus respectueuses de nos natures depuis plusieurs années maintenant. Le covid (j’ai du mal avec la covid j’avoue) est venu donner un coup d’accélérateur à cela. 

Nous avons eu le mouvement no-bra où beaucoup de femmes se sont affranchies de leur soutiens gorge et de la contrainte que cela représentait, trouvant au travers du confinement un espace où elles ont apprivoisé et apprécié cette nouvelle liberté. D’abord en privé, avant de décider de la vivre à plein temps une fois le confinement terminé. Est venu également un mouvement de transition, faute de coiffeurs disponibles, les racines ont poussé et la question d’une transition s’est posée à plusieurs d’entre nous. 


Nous avons vu beaucoup de célébrités passées au gris, assumer leurs nouveaux cheveux blancs, et ça fait un bien fou!! Au-delà d’un phénomène de mode, c’est, pour moi, un signe d’acceptation profonde de soi et de rébellion contre les stéréotypes imposés. 


J'écris cet article à partir de mon prisme personnel, j’ai décidé de cette transition durant le premier confinement covid. Je l’ai vécu avec des hauts et des bas et le peu que l’on puisse dire est que cette décision est loin d’avoir été anodine chez moi. Elle est venue toucher mon identité, mon image, ma féminité et tout mon être…. C’est fou le pouvoir de quelques cheveux argentés!!! 


La transition vers le gris, un acte militant? 

transition vers les cheveux gris

J’avoue que pour moi, la question se posait. D’abord, je remets les choses dans leur contexte. J’ai vécu, avec mes cheveux, 4 transitions jusque là, étalées sur les 4 dernières années. Dire que ce processus est simple est, de mon point de vue, très faux. 


J’ai les cheveux bouclés, c’est beau les cheveux bouclés!! Quand ils sont sains, en bonne santé. Tous ceux qui ont les cheveux bouclés ou frisés vous diront qu’ils ne ressemblent pas deux jours de suite à la même chose… de mon côté le résultat est toujours aléatoire, en fonction de l’alignement des astres, de la météo récalcitrantes, du type de chauffage… bref… maman de deux jeunes enfants, à la naissance de ma fille j’ai voulu gagner en heu… prédictibilité et en temps de gestion des mes cheveux le matin. Le lissage brésilien était la solution miracle. Annoncé comme étant un soin du cheveux, j'étais ravie… oui mais voilà… je me trouvais beaucoup de repousses, et à l’application mes cheveux étaient extrêmement plats. J’ai mis quelque temps à me rendre compte que non, ce n'était pas des repousses.  Mes cheveux se cassaient systématiquement, tombaient en masse… donc 2016, première transition, je me coupe les cheveux en carré court, et je laisse ma nature sauvage apparaître au grand jour… 


Et…. je continue, un an après, j’en ai marre de gérer mes cheveux et je me dis qu’ils cassent toujours donc cela ne vient pas du lissage, bref je la fais courte…. Je me colore les cheveux, je les lisse, c’est l’un ou l’autre, ou les deux…. 



J’ai abandonné le lissage en deux temps, pour garder mes cheveux bouclés. J’ai ensuite adapté mes colorations, de chimique je suis passée au naturel. Au final, ça va un peu mieux mais juste un peu mieux. Et je finis par me dire que décidément, mes cheveux demandent juste qu’on leur fiche la paix…. Accepte-nous comme on est, ouvre les yeux sur notre beauté, cette singulière mais vraie… et j’ai décidé d’écouter. 


Pour ma part la transition n’a pas été militante même si en tant que féministe je m’insurge sur le traitement réservé par la société à nos cheveux, à nos rides… à tout ce qui raconte notre histoire. 


Ma transition a été un accord de paix avec la nature de mes cheveux. Elle a ouvert la porte à une grande vulnérabilité. Il n’est jamais anodin de changer de tête, surtout en intégrant les codes implicites de la société, cheveux blancs veulent dire on avance dans l’âge, on commence à penser à la ménopause, aux changements du corps… bref… pour ma part c’est tout un processus qui s’est enclenché. 


Alors je vous propose de traiter le sujet sur les deux aspects. D’abord très factuellement, comment gérer au mieux sa transition, et puis ensuite comment vous accompagner, prendre soin de vous sur un plan émotionnel pour le vivre comme une éclosion, un épanouissement et surtout le début de quelque chose et non la fin. 



Comment transiter au plus simple vers le gris

transition cheveux vers le gris

La transition au gris se fait plus ou moins simplement selon la quantité de gris que vous portez, mais d’abord et avant tout selon votre couleur naturelle. 


Disons qu’une transition d’une blonde ou d’une chatin se fait relativement simplement. Il y a effectivement une différence de couleur qui apparait mais elle ne saute pas vraiment aux yeux. Elle n’est pas systématiquement notée ou relevée. Un travail de mèches peut accompagner la transition en douceur. 


La transition se fait plus difficilement quand le ton des cheveux est foncé d’abord, ensuite quand les cheveux ont une couleur initiale uniforme. 


Trois possibilités s’offrent alors : 


  • On remet les compteurs à zéro 
  • On prend son mal en patience
  • On accélère le nouveau et on camoufle l’ancien. 

Je vous explique tout ça 


Tout couper, ou remettre les compteurs à zéro.

transition vers cheveux gris courts

Cette étape est peut être la plus simple en action mais la plus difficile à oser. Si vous n’avez jamais osé le court, sauter le pas peut paraître vertigineux et pourtant…. C’est le changement radical et cela peut simplifier tellement l’intégration de la nouvelle couleur! Une coupe courte donne du peps au visage, elle est soignée et change radicalement !  Personnellement j’ai opté pour cette option. 

Elle a l’avantage de lancer une dynamique. Vous cherchez à découvrir de nouveaux styles, vous osez un acte fort de rébellion !


On prend son mal en patience. 



Cette période est nécessaire et un préalable aux deux secondes. A un moment, il faut arriver à voir ses racines avant de décider quoi en faire. Il est nécessaire d’attendre deux mois environ pour vraiment voir l’effet gris sur les racines et voir jusqu’à quel degré les cheveux sont passés au gris. 

J’avoue que les premiers mois de pousse peuvent être difficiles. Si vos cheveux sont clairs, cette étape peut être relativement simple. Dans le cas de cheveux foncés, le contraste se voit de plus en plus et dans ce cas, il vaut mieux partir soit sur des coiffures avec chapeau ou foulard noué artistiquement sur la tête. Ou encore sur des coiffures de cheveux détachées, bien travaillées, en évitant des raies bien droites  afin d’éviter les coups de mou et cette impression de s’être négligée. La période de covid a beaucoup aidé avec un confinement qui limite les contacts, pensez néanmoins à l’impact sur votre moral et essayez de prendre soin au maximum de votre coiffure durant cette période.  


On accélère la transition en colorant ses cheveux 

Si votre chevelure le permet, cette solution est la plus efficace. Elle permet de mélanger votre couleur naturelle à des mères grises ou blanches, dans des tons pouvant aller du blanc au gris foncé, ce qui permet de basculer vers un poivre et sel assez harmonieux et donne le temps de faire pousser ses racines de manière sereine. Cette solution implique un passage chez le coiffeur et un travail non négligeable pour atteindre de beaux résultats. Il faut prévoir un budget coiffeur. D’un autre côté, il permet une transition très charmante. Personnellement je n'ai pas pu choisir cette option vu l'aversion de ma chevelure à toute coloration. 


Lâcher prise, mais pas laisser aller

Eh bien après la transition, il va falloir apprendre à vivre avec des cheveux gris. J’entends… Nous avons naturellement compté sur notre chevelure pour changer de tête, donner du peps, du caractère au visage. 


Les cheveux gris ont deux impacts directs : 

  • le premier est que, mal soignés, on peut vite faire négligé, il est donc primordial de prendre soin de sa coiffure et de son visage 
  • Le second, est que la lumière qui pouvait venir des cheveux avec des mèches claires ou blondes entourant le visage ne peuvent plus venir de là, donc il est important d'éclairer le visage et de lui donner du caractère par d’autres biais. Jouer sur les bijoux pour entourer le visage et amener un coup d’éclat par exemple, travailler les sourcils pour donner du caractère au visage, soigner sa peau, relever son teint avec du blush, des poudres solaires, et user et abuser des rouges à lèvres sont autant de solutions.

En somme, vous avez choisi un nouveau look, jouez le à fond! Look féminin, quelques touches sexy. Vous êtes une femme qui assume totalement sa nature, alors laissez la transparaitre sur votre look, et jouez!! Amusez-vous à fond!! Osez de nouveaux looks, de nouveaux maquillages, des associations nouvelles! Et prenez soin de votre peau, de l’éclat de votre regard! Cela fait toute la différence entre subir ses marques du temps ou les porter avec fierté et revendication! 



Transition de cheveux, ou acte d’amour?

Passé cette partie pratique, j’ai envie de partager avec vous ce que cette transition a été pour moi. J’ai tenté le passage en cheveux blancs par deux fois, la première a duré de juillet à octobre, et j’ai cédé en octobre, trop en panique.

 J’ai repris ensuite et j’ai laissé pousser mes cheveux jusqu’en décembre où j’ai fait une première coupe, raccourcissant au fur et à mesure mes cheveux pour faire disparaître la couleur. La dernière coupe, bien courte, a sonné la fin des mèches colorées pour ne laisser que la couleur naturelle et j’avoue que cela n’a pas été simple. 


J’ai vécu ces étapes avec appréhension, j'oscillais entre peur du regard des autres et besoin de m’assumer totalement. J’ai oscillé entre courage et vulnérabilité et j'avoue que ces réactions m’ont bien surprises. Je ne m’attendais pas à un tel impact sur moi mais cela reposait la question de ma féminité et de sa définition, de mon âge, cela a fait remonter à la surface ma peur de vieillir,la peur d’une ménopause prochaine même si ce n’est pas pour tout de suite, la peur de ne plus plaire... 


Bref, cette transition a été un cap, que j’ai vécu entourée d’amies très encourageantes et bienveillantes, mais vécu au fond seule quand même.  


Libération - acceptation 

Décider de passer aux cheveux gris a été finalement une libération. Je ne surveille plus mes cheveux en passant devant le miroir, je ne me demande plus si je ne dois pas prévoir un dimanche-premiere-seconde-couche-quel-mélange-je-vais-faire… 


Cette décision a été également un sacré acte d’acceptation de soi, que je n’ai pas mesuré au préalable. Aujourd’hui, même avec vulnérabilité, et surtout avec vulnérabilité, je m’accepte comme je suis, avançant dans l’âge, différente des standards qui m'entourent… mais c’est moi, c’est ma nature et enfin je m’accepte imparfaite, et sereine. Et surtout, je me détache d’une image de moi qui plaisait… et je regarde si moi, et pas juste une image, plait quand même ou pas… et d’abord est ce qu’elle me plait à moi. 


L'ascenseur émotionnel

Il me parait impressionnant et assez surréaliste de voir à quel point des cheveux blancs peuvent paraître banals chez un homme, et quel impact cela a sur nous les femmes. Je ne juge personne et je ne me juge pas. Transiter vers le gris n’est ni bien ni mal, c’est un choix très personnel de l’image que l’on souhaite pour soi. 

J’ai essayé de traverser cette période avec bienveillance pour moi-même et avec un maximum d’amour. Elle n’en a pas été moins secouante. Je n’ai pas pu la traverser en une seule étape. 


Indéniablement, cette expérience ouvre certaines portes, certaines envies, de la curiosité vis-à-vis de parts de moi que je n’ai pas assez sollicité dans ma vie, la femme fatale, la sécudctrice. Elle a généré une soif d’exploration de toutes les facettes de ma féminité, comme si cette féminité s’affranchissait enfin d’une définition de beauté stéréotypée, normée. Elle a ouvert également des blessures du passé qui se sont invitées pour être enfin soignées….


Et de manière intéressante, ce passage au gris a été bien plus accepté par mes paires de la même tranche d’âge, que par des personnes plus âgées que moi. Et je crois que c’est assez révélateur de l’état d’esprit des femmes aujourd’hui, de la volonté de dire les choses, d’arrêter de faire semblant. Il y a un vent frais d’authenticité tant pour celles qui choisissent de passer au gris que celles qui l’accueillent et c’est juste génial. 



Comment je m’occupe de mes cheveux gris alors

On ne passera pas sans traiter ce sujet. Il faut se dire que les cheveux blancs changent de texture. Ils peuvent devenir plus fragiles et secs. Il est donc primordial d’en prendre particulièrement soin, notamment en les hydratant. 


Je vous propose quelques recettes qui vous accompagneront dans le chouchoutage de votre belle crinière!! 


Masque purifiant du cuir chevelu : 

  • 3 cuillère de poudre d’Amla (plante ayurvédique excellente pour la peau et les cheveux)
  • 1 cuillère de jus de citron
  • Un petit verre d’eau tiède

Mélangez la poudre d’amla à l’eau tiède afin d'obtenir une pâte assez liquide, et ajoutez le jus de citron. Appliquez le mélange raie par raie sur l’ensemble du cuir chevelu. Cette pâte va assainir le cuir, éliminer les impuretés et venir apaiser la peau. 


Soin hydratant en nourrissant des cheveux et du cuir chevelu 

Pour traiter des cheveux fragilisés, il est important de répondre à deux critères : 

  • Apporter un film protecteur au cheveu, une huile qui vient envelopper le cheveu sans l’engorger. L’huile de brocoli par exemple est excellente dans un rendu proche du silicone, sans effets néfastes. 
  • Apporter de l’hydratation au cheveu en venant combler les failles du cheveux, et pour cela une huile qui a la possibilité de pénétrer le cheveu viendra très bien amener l’hydratation nécessaire. De l’huile de coco fait parfaitement ce travail. 

Je vous propose donc de faire un masque de vos cheveux deux fois par semaine à l’huile, une cuillère d’huile de brocoli, une cuillère d’huile de coco et une cuillère d’huile d’infusion de bringhjara dans du ricin. 

Laissez poser l’huile une demi-heure avant de laver les cheveux et traitez-les par un masque hydratant. 

Maintenir l’éclat du blanc 

Pour contrer l’effet jaune que peuvent subir les cheveux blancs, un apport en bleu peut être précieux. Vous pouvez vous appuyer sur des plantes à la pigmentation bleue pour avoir cet effet. Le pois papillon, ou encore le pois bleu peut très bien faire ce travail. 

Faites bouillir une poignée de pois bleu dans un litre d’eau, laissez la couleur se dégorger pendant 30mn, et ensuite ajoutez une cuillère de vinaigre de cidre dans l’eau et rincez vos cheveux avec. 

Au passage, les pois bleus sont excellents contre le stress! 


Un mot pour la fin

Passer aux cheveux blancs n’est ni bien ni mauvais. C’est, pour moi, un acte de réappropriation de soi. On se réapproprie son image, on récupère le temps passé à camoufler ses cheveux blancs pour soi. On transite vers une forme de liberté en somme. 

Alors, que vous l’ayez fait ou pas, que vous vous posiez la question sans avoir osé le pas…. Tout est ok… ne quittons pas un diktat pour tomber dans un autre. Juste, aimez-vous telle que vous êtes avec la tête que vous avez aujourd’hui. Pas celle de demain, ou celle que vous aurez à la sortie du coiffeur… chérissez-vous aujourd’hui et prenez soin de vous aujourd’hui!! Et irradiez :) le reste suivra. 




Leave a comment